Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9p#5 Média

Le panier en osier est un objet devenu désuet pour raconter une partie de pêche ... place aux images !

Mais dis moi pourquoi tu pêches?

Publié le 29 Octobre 2013, 20:39pm

Catégories : #récits de pêche

Voilà seulement 2 ans que je connais cette rivière. La pêche est difficile, mais je m'attache à y faire un détour quand je peux malgré la distance.



Trois jours sur place me permettent cet été de prendre le temps, de me dire que je ne suis pas pressé, et que je vais pouvoir rester calme pour tenter ces beaux poissons.



Mais le calme ne reste pas longtemps. Les refus, malgré des précautions de Sioux, et les décrochés au ferrage alimentent l'orgueil. "Est-ce que je suis capable de dépasser mes limites techniques pour accrocher une de ces Belles?"



Décidément non...les "dieux de la pêche" (à mon avis ils sont au moins plusieurs pour me refuser ça!) sont contre moi...



un scion qui dépasse et se reflète parmi les ronces, après une demi-heure d'approche...

un cygne qui passe entre moi et la truite...une fois sans la stresser...deux fois sans la faire fuir...la troisième fois, ils reviennent à deux et c'en est trop.



une nymphe trop clinquante qui effraye celle-la..

.

un fil 12/100 beaucoup, mais alors beaucoup trop voyant...



Elles sont intortables...!




Jusqu'au jour...



Postée à 15 mètres devant moi, devant ces algues, elle ne bouge pas, ne s’alimente pas.



Avant de l'attaquer 3/4 amont, il a fallu que je perce une trouée parmi les ronces, et les ronces, et les ronces...Et maintenant, il faut encore s'avancer doucement vers elle pour se dégager des arbres qui empêchent de lancer et dérouler la soie. S'arrêter enfin à distance respectable (c'est à dire assez loin pour juste apercevoir un trait vert presque foncé mais immobile se détachant du fond clair). Et prendre le temps de réfléchir à ces nombreux, mais alors nombreux échecs. Se remémorer des conseils distillés par ce fameux pêcheur du coin qui en a tant pris. S'appliquer. Apprendre...

Les premiers passages avec une petite pheasant-tail non plombée ne donne rien. Je sens pourtant qu'elle ne m'a pas remarqué. Rester tenace
. Surtout persévérer...



La nymphe est changée. Mettre plus lourd pour rouler sur le fond sableux. Rester fin, mais plus lourd. Il va falloir faire une dérive très longue. En hameçon de 18, cette petite bille dorée à corps vert a déjà fait ces preuves. Lancer bien en amont...et relancer en s'appliquant à trouver la coulée pour que l'imitation lui arrive dans le bec. Comprendre alors la dérive de la nymphe sous l'eau.

3 fois, 5 fois..
.animer...ou pas.


Sans se décaler, il semble que le four s'ouvre pour engamer...Ferrer...comme dans un rêve...sans comprendre pourquoi l'on fait ce geste, mais être certain que c'est maintenant qu'il faut l'exécuter...

La truite ne bouge pas, mais je sais qu'
elle est au bout.



Une seconde incroyable...........................................................................................



Puis la puissance du poisson pousse le 12/100 vers ces limites. Surtout ne pas lui permettre de gagner ses racines...confiant dans le matériel. Mais combattre, s'imposer, ne pas la perdre!

Je reste pourtant calme et serein. Je goûte l
'instant, j'apprécie...



L'épuisette semble cette fois à la taille du poisson.



Fixer le moment...et la relâcher avec précautions. 56 !



Content, fier.



On touche le zen, cet instant en accord avec soi...

Non mais dis moi franchement, pourquoi tu pêches?

Mais dis moi pourquoi tu pêches?

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents